Suivez-nous

Téléchargez l'application

Ne laissons pas le moustique-tigre s’installer !

Vous pensez avoir observé un moustique tigre ? Vous souhaitez le signaler ?

Vous pouvez participer à la surveillance de cette espèce afin de mieux connaître sa répartition. Il s’agit d’une action citoyenne permettant ainsi de compléter les actions mises en place.

Signaler la présence du moustique tigre sur le portail : https://signalement-moustique.anses.fr/signalement_albopictus/ 
Plus d’informations sur le moustique tigre, les maladies associées et les conseils aux voyageurs : http://iledefrance.ars.sante.fr

Le moustique tigre (Aedes albopictus) est une espèce invasive de moustique particulièrement nuisante installé en France depuis 2004.

Il est implanté dans des communes d’Île-de-France dont Évry-Courcouronnes. Dans certains cas, il peut être vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya et Zika.

 

 

La Ville d’Évry-Courcouronnes est saluée pour sa gestion budgétaire et financière par la Chambre Régionale des Comptes d’Île-de-France

Dans le cadre de son cycle de contrôle habituel, la Chambre Régionale des Comptes (CRC) d’Île-de-France a effectué un examen de la gestion d’Évry-Courcouronnes et a publié, à la suite de celui-ci, deux rapports d’observations. Le premier concerne la gouvernance, la situation financière et le système d’information, le second la politique environnementale de la Ville.

Dans un premier temps, le juge financier constate que la création de la commune nouvelle a été une réussite et que le processus d’une « technicité élevée » et « adossé à une réalité territoriale et sociale préexistante » (Cahier n° 1, p.12) a été « respectueux des textes » (C1, p.12). De plus, la CRC remarque les investissements portés par le maire et ses équipes afin d’améliorer la ville et son expérience.

La chambre note toutefois que ces investissements seraient « trop ambitieux » (C1, p.4). Stéphane Beaudet, dans sa réponse écrite à la CRC, rappelle que la Programmation Pluriannuelle d’Investissement permet de « signifier à nos habitants, à nos partenaires privés comme publics que la capitale de l’Essonne se donne les moyens de sa transformation urbaine, écologique et sociale pour peser dans le concert francilien tout en offrant à sa population actuelle et future [d]es équipements et services de qualité » (Réponse, p.4). De fait, la CRC ne relève pas que cette ambition a, jusqu’ici, eu des effets négatifs sur la gestion budgétaire et financière de la Ville.

La CRC a également pu analyser les systèmes d’informations de la Ville et, en félicitant celle-ci pour le travail effectué permettant d’assurer leur continuité pendant la fusion tout en garantissant une protection des données personnelles des usagers et des agents, la CRC encourage le maire et ses équipes à poursuivre le lourd travail, déjà largement entamé, d’harmonisation et de sécurisation des systèmes.

Si la CRC émet, au cours des deux rapports, diverses recommandations à adopter, celles-ci concernent principalement des problématiques de ressources humaines qui n’ont pas d’effet sur la gestion de la ville et résultent, en partie, de la fin du processus de fusion. A cet égard, le maire rappelle assumer « avoir priorisé l’harmonisation de nos politiques publiques […] afin de réaliser la promesse d’un service public municipal consolidé » (Réponse p.5).

Dans son deuxième rapport d’observations, la chambre, ayant examiné spécifiquement les politiques publiques de la ville en faveur de l’environnement, note quelques irrégularités qui sont, depuis, corrigées ou en cours de correction. Cependant elle note surtout les actions prises par la municipalité pour lutter contre le changement climatique à travers plusieurs mesures concrètes comme la sortie des produits phytosanitaires, une gestion raisonnée de ses espaces verts, l’organisation de divers évènements de sensibilisation ou le développement et la promotion des mobilités douces.

Enfin, après avoir contrôlé la gestion budgétaire et financière de la ville, la CRC assure que « la situation financière est opérationnelle » (C1, p.41) et « maîtrisée » (C1, p.4) malgré un contexte inflationniste. A cet égard, le juge financier salue les mesures permettant à la Ville d’avoir une capacité d’autofinancement « très satisfaisante » (C1, p.47), notamment l’augmentation de la part communale de la taxe foncière et une gestion rigoureuse de sa section de fonctionnement, dans le but d’investir dans de nouveaux projets pour la ville et ses habitant.

La chambre se satisfait du bon taux de réalisation des différents budgets, s’établissant autour des 100 % (C1, p.44) et également du fait que la commune « présente un endettement stable » ainsi qu’une « dette sécurisée » (C1, p.55). Ce taux de réalisation démontre que la commune ne dégage de bénéfices ni n’accumule des déficits, mais qu’elle parvient à correctement, d’une part prévoir ses besoins, et d’autre part à délivrer ses projets en temps et en oeuvre.

À la suite de ces rapports positifs quant à la gestion ambitieuse et raisonnée de la ville, la Commune, le Maire et ses équipes sont confiants quant à la suite du mandat et continuent de porter des projets permettant la transformation de la Ville capitale de l’Essonne.

 

Documents à télécharger :

Dossier de presse

Rapport n°1 – Gouvernance, situation financière et systèmes d’information

Rapport n°2 – Politique environnementale et adaptation au changement climatique

Le Centre Municipal de Santé des Épinettes accueille trois nouveaux médecins

Entamée l’été dernier, la réhabilitation complète des locaux du Centre Municipal de Santé (CMS), impasse Maxime Lisbonne, dans le quartier des Épinettes, se poursuit pour une réouverture attendue en 2024. Ces travaux d’envergure ont été rendus nécessaires en raison de l’état des locaux, qui datent des années 1980, et le besoin de les mettre aux normes, notamment en matière d’environnement et de consommation énergétique. À terme, la façade aura été ravalée et les menuiseries extérieures remplacées tandis que l’ensemble des espaces intérieurs auront été réaménagés pour offrir de meilleures conditions de travail aux praticiens et d’accueil aux usagers.

Pour assurer la continuité du service de santé pendant les travaux, le CMS et ses praticiens (photo) a été temporairement relocalisé au Centre Technique Municipal (CTM), 18 Boulevard Louise Michel dans des locaux dédiés et spécifiquement aménagés à cet effet.

Nouveaux professionnels

Outre la modernisation des locaux, le Centre Municipal de Santé vient d’accueillir trois nouveaux médecins généralistes. Un recrutement dû en grande partie aux efforts de la municipalité pour combler le départ des précédents praticiens et lutter contre la désertification médicale qui touche Évry-Courcouronnes comme la plupart des villes françaises (voir La Quinzaine n°52 du 18 novembre 2022). « La Ville a, en effet, fait appel à deux cabinets de recrutement pour trouver ces professionnels. Concrètement, deux médecins seront désormais présents chaque jour de la semaine et un médecin le samedi matin », explique Danielle Valéro, 2ème adjointe au maire chargée de la Coordination de la transition écologique et sociale. Santé Seniors.

Implication de la ville

Outre le recours à ces cabinets, l’implication de la Ville en matière de santé se traduit par des actions de prévention en direction des publics les plus larges dans différents domaines comme l’alimentation, la promotion de la pratique sportive, la santé mentale et le bien-être. Le centre de santé opte pour une approche globale, pluridisciplinaire, avec la possibilité d’obtenir des consultations plus longues pour certaines pathologies et la mise en réseau des partenaires locaux pour construire une médecine de proximité de qualité.

+ d’infos au 01 60 79 22 22

Photo : © Lionel Antoni

La santé au cœur des échanges de l’Assemblée citoyenne

Symbole de la démocratie participative à Évry-Courcouronnes, l’Assemblée citoyenne a rendu son avis portant sur les questions de santé, jeudi 12 octobre, en ouverture du conseil municipal. Cette instance de 53 membres s’est réunie à l’occasion de plusieurs séances de travail, pour aborder le sujet à partir de plusieurs approches : environnement, pratiques sportives, alimentation.

Libres et ouverts, ces moments de discussion ont débouché sur plusieurs constats. D’une part, les différentes problématiques auxquelles Évry-Courcouronnes est confrontée, à commencer par la pénurie de professionnels de santé sur son territoire, une problématique partagée par une majorité de villes françaises. D’autre part, la nécessité d’agir collectivement pour répondre aux nombreux enjeux de santé publique.

L’avis citoyen s’est construit autour de quatre axes et plusieurs propositions d’actions dont certaines concordent avec les politiques portées par l’Exécutif municipal.

Communication

Le premier axe concerne la nécessité d’une information fiable et partagée grâce à la mise en place d’outils spécifiques comme un Forum de la santé à Évry-Courcouronnes ; la présentation aux habitants du contrat Local de Santé ou encore une couverture plus vaste des sujets santé par les relais d’information de la Ville.

Santé environnementale

Le deuxième axe concerne la santé environnementale. Il suggère d’inclure dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU), le document réglementaire de référence en matière d’organisation et d’aménagement des espaces urbains, les nouvelles problématiques environnementales en vue d’assurer le bien-être des habitants et de contribuer à l’amélioration des rapports sociaux.

Alimentation saine

Le troisième axe a trait à la prévention et la généralisation d’une alimentation saine, équilibrée et durable par le développement de circuits courts ; une offre alimentaire locale de qualité ou encore la mise en place d’une démarche de sensibilisation au goût, à destination des jeunes générations.

Sport

Le quatrième et dernier axe suggère d’encourager les pratiques sportives à la fois de manière individuelle et collective. « Nous tenons à remercier très chaleureusement les membres de l’Assemblée citoyenne pour ce remarquable travail sur tous les champs de la santé », explique Danielle Valéro, 2ème adjointe au maire chargée de la Coordination de la transition écologique et sociale – Santé et seniors. « Nous nous engageons, le Conseil municipal et moi-même, à faire un suivi attentif des différentes propositions formulées dans cet avis ».

Consultez l’avis citoyen 2023 : version intégrale – version synthétique

Participez à la nouvelle campagne de communication de la Ville contre les discriminations

Vous avez déjà été personnellement victime ou témoin de discriminations ? La lutte contre les discriminations est une cause qui vous tient particulièrement à cœur ? Vous vous sentez concerné de près ou de loin par ce sujet ?

Cette année, la Ville d’Évry-Courcouronnes vous donne l’opportunité de prêter votre visage à sa nouvelle campagne de communication pour lutter contre les discriminations liées aux origines ou à la couleur de peau, pour combattre les LGBTQI phobies et pour promouvoir l’égalité femme-homme.

À cette occasion, un shooting photo sera organisé dans les locaux de la mairie début septembre. Les photos retenues seront diffusées sur les panneaux d’affichage et les supports digitaux de la Ville.

Si vous souhaitez participer à ce shooting, il vous suffit d’envoyer votre candidature à l’adresse suivante : communication@evrycourcouronnes.fr

Dans votre mail, présentez-vous en quelques lignes et expliquez brièvement les raisons de votre candidature. N’oubliez pas également d’indiquer vos nom, prénom, et coordonnées, afin que nous puissions vous recontacter si votre profil a été retenu.

Date limite des candidatures : 3 septembre 2023.

À la rentrée, toutes les candidatures reçues seront étudiées et triées. Les personnes sélectionnées seront ensuite recontactées par le Service Communication de la Ville.

Des cadeaux seront remis aux participants.

Incivilités du quotidien : et si on en parlait ?

La période estivale est propice à de nombreux moments de convivialité en extérieur, dans son jardin, sur sa terrasse, dans un parc ou en bords de Seine, mais aussi un temps que l’on consacre à faire des travaux, du bricolage ou du jardinage. Des activités qui supposent toutefois de respecter un certain nombre de règles pour ne pas gêner ceux qui se trouvent à proximité.

 

Qui n’a jamais perdu patience à cause de travaux sans interruption à des heures indues, du bruit de la tondeuse à gazon le dimanche après-midi, du brûlage de déchets ou d’encombrants à l’origine d’une fumée noire et toxique, de barbecues permanents tout au long de l’été, de fêtes incessantes dans l’appartement du dessus ? Si la vie en société impose parfois de supporter quelques désagréments, elle exige aussi de respecter le bienêtre de celles et de ceux qui nous entourent, au premier rang desquels les voisins mais aussi tous ceux, anonymes, que l’on croise dans la rue, dans un parc, dans les transports publics ou au volant de leur voiture.

Si le bon sens, la courtoisie et le savoir-être permettent généralement de dépasser les petits litiges du quotidien, il n’en demeure pas moins que la notion de « respect de l’autre » peut apparaitre assez floue tant les seuils de tolérance des uns et des autres varient. Aussi, lorsque l’on ne sait pas ce qu’on a le droit de faire ou pas, le plus simple est de se référer à ce que nous dit le droit.

 

Petit tour d’horizon des règles qui s’appliquent à Évry-Courcouronnes :

Bruit *

De jour comme de nuit, et à moins d’obtenir une autorisation exceptionnelle, sont ainsi interdits tous les bruits ou vibrations pouvant porter atteinte au repos, à la tranquillité et à la santé d’autrui en raison de la durée, de la répétition ou de l’intensité. Sont également interdits les cris, chants publicitaires, émissions vocales et musicales ou l’emploi de tout appareil de diffusion sonore par haut-parleur.

Feu et barbecues

Tout emploi du feu dont les feux à foyer ouvert du type « Saint-Jean », le brûlage à l’air libre des déchets ou l’utilisation de barbecues et appareils similaires sur la voie publique ou accessibles au public (parcs, squares, places) sont également prohibés à moins de dérogations exceptionnelles.

Travaux

Les travaux bruyants ne sont pas autorisés de 22h à 7h du matin les jours ouvrables et toute la journée les dimanches et jours fériés. Tout chantier doit adopter des précautions afin de limiter les nuisances sonores (isolation phonique…). Les travaux de jardinage ou de bricolage effectués par des particuliers à l’aide d’outils ou d’appareils (tondeuse à gazon, motoculteur, débroussailleuse, taille-haies, tronçonneuse, perceuse etc.) doivent se dérouler aux plages horaires suivantes : jours ouvrés de 8h30 à 12h et de 14h à 19h, les samedis de 9h à 12h et de 14h à 19h, les dimanches et jours fériés de 10h à 12h.

Voitures

Sont, par ailleurs, interdites les émissions sonores des postes de radio ou autres dispositifs se trouvant dans ou sur les véhicules ; les bruits de réparation ou réglage de moteurs à l’exception des opérations strictement nécessaires ; les livraisons de marchandises entre 22h et 6h du matin. En outre, tous les véhicules terrestres à moteur (automobiles, tricycles, motos…) doivent être munis de dispositif d’échappement silencieux et réglementaires.

Activités culturelles, sportives, de loisirs et de rassemblement

Elles ne doivent pas provoquer de gêne vis-à-vis du voisinage. Les propriétaires, directeurs, gérants ou exploitants d’établissements ouverts au public (cafés, bars, discothèques, salles de fête, karaoké etc.) doivent prendre toutes les mesures utiles afin d’empêcher les nuisances extérieures.

 

Que faire en cas de non-respect ?

Le bruit compte parmi les des grands motifs de discorde entre voisins. Lorsqu’elles s’enveniment, les querelles de voisinage peuvent littéralement pourrir la vie quotidienne. Elles sont à l’origine de nombreux recours, en particulier les médiations. Par ce terme, on désigne un processus qui permet de régler à l’amiable des conflits ou des différends entre deux personnes grâce à un tiers totalement neutre avant que le conflit ne dégénère ou ne devienne irréversible. La Ville d’Évry- Courcouronnes s’est dotée d’un service de médiateurs qui ont précisément pour rôle de permettre d’apaiser des situations de tensions ou de conflits latents en apportant un point de vue impartial. Cette aide est gratuite.

Entretien de médiation : accueil sur rendez-vous du lundi au vendredi de 10h à 19h au 01 64 98 75 61 ou sur mediateur@evrycourcouronnes.fr

*conformément à l’arrêté n°A2021/378 du 04/05/2021

Baisse de l’éclairage pour économiser l’énergie

Engagée à relever les défis climatiques et à réduire l’empreinte environnementale, la Ville d’Évry- Courcouronnes, en partenariat avec l’agglomération Grand Paris Sud (GPS), a entrepris de diminuer l’éclairage sur la voie publique à certaines périodes de la nuit et de limiter ainsi la pollution lumineuse. Actuellement, l’éclairage public est allumé toute la nuit sur l’étendue de la ville. Outre d’accompagner cette transition écologique, cette initiative permettrait de baisser le coût de l’éclairage qui s’élève à 1,1 million € par an.

Trois quartiers – les Bocages, Champs-Élysées et Village – ont été retenus pour cette expérimentation. En fonction des résultats, cette initiative sera étendue à l’ensemble de la ville.

Elle se présente de la manière suivante :

Champs-Élysées

• Extinction de l’éclairage sur le bd des Champs-Élysées de 1h à 4h20 du matin (4h40 les week-ends) en corrélation avec les horaires de circulation.

• Réduction du temps d’allumage (20 mn avant et après le coucher du soleil).

• Débranchement des lampadaires dont la lumière est considérée comme trop intense.

Bocages

• Extinction de l’éclairage à 5h du matin dans les allées des Villas. Éclairage maintenu toute la nuit sur les boulevards Noël Marteau et Jospeh Letien.

• Réduction de la durée d’allumage (20 mn avant et après le coucher du soleil).

• Débranchement de certains lampadaires dans les zones pavillonnaires où la lumière est considérée comme trop intense.

Village

• Extinction de l’éclairage de 1h à 4h20 du matin (4h40 les week-ends) en corrélation avec les horaires de circulation.

• Réduction de la durée de l’allumage (20 mn avant et après le lever du soleil).

• Débranchement de certains lampadaires où la lumière est considérée comme trop intense, notamment sur la place d’Armes.

Le cumul de ces actions permettrait la réduction d’environ un tiers la consommation d’énergie par quartier. D’autres actions ultérieures consisteront à remplacer progressivement toutes les ampoules par des LEDs.

Le Tram T12 au banc d’essai

Évry-Courcouronnais et usagers de la Ville peuvent apercevoir depuis le 4 mai des rames du Tram T12 avancer à faible allure sur les voies ferrées reliant Épinay-sur-Orge à Évry-Courcouronnes. Ce sont les premiers essais du tout nouveau moyen de transport urbain. Ils ont pour objectif de s’assurer du bon fonctionnement du système de transmission électrique, des rails et des trains. Appelés à durer plusieurs mois, ces essais sont la dernière étape avant la mise en service tant attendue de cette nouvelle ligne prévue pour la fin 2023.

A l’heure où se déplacer au quotidien est un incontournable pour la grande majorité d’entre-nous – bien souvent une des conditions préalables pour trouver un emploi – l’arrivée du Tram T12 marque un nouveau départ pour notre territoire. Doté de plusieurs points d’intermodalité – cette nouvelle offre de transport assurera les correspondances entre les lignes B, C et D du RER, mais aussi la gare TGV de Massy-Palaiseau et la future ligne 18 du Grand Paris Express – et desservant pas moins de 12 villes, elle facilitera la mobilité de milliers d’Évry-Courcouronnais et plus largement d’Essonniens.

Par ailleurs, en permettant de relier des pôles économiques et culturels du département sans avoir à passer par Paris, le Tram T12 contribuera à renforcer le rôle de ville-capitale d’Évry-Courcouronnes, à la fois connectée et intégrée à un réseau, mais aussi faisant centralité. Aux côtés des grands projets de transformations urbaines, il revêt donc une importance majeure pour le futur de notre ville.

Ce Tram T 12 devrait, par ailleurs, favoriser le report des utilisateurs de voiture vers les transports en commun. Ce faisant, il permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre et contribuera ainsi à limiter la pollution atmosphérique. Aux côtés de l’offre de trottinettes et de vélos électriques, le Tram T12 devrait donc permettre de réduire de notre empreinte environnementale à l’échelle locale.

Exploitée par Île-de-France Mobilités, la ligne se composera de deux tronçons. Elle empruntera les voies de l’actuel RER C de Massy-Palaiseau à Épinay-sur-Orge, puis circulera sur de nouvelles voies aménagées en ville, entre Épinay-sur-Orge et Évry-Courcouronnes. Le montant total de cet investissement s’élève à 526 millions € cofinancés par la région Ile-de-France (56%), l’État (30%), le département (10%) et la SNCF (4%).

 

Les chiffres-clefs

Coût de l’infrastructure : 526 millions € (valeur 2011)

Coût des rames : 90 millions €

12 villes de l’Essonne desservies

16 stations dont 3 à Évry-Courcouronnes

100% des stations accessibles aux personnes à mobilité réduite

40 000 voyageurs quotidiens attendus

23 rames 100% électriques mises en service

250 voyageurs par rame

2 rames par circulation, soit 500 voyageurs par passage

1 nouveau site de maintenance et de remisage des rames

 

Pendant les essais, soyez vigilants

Les essais sur le tronçon Épinay-sur-Orge/Évry-Courcouronnes ainsi que la mise sous tension s’accompagnent de mesures de sécurité. Tout contact direct ou indirect avec les lignes à moyenne tension peuvent provoquer de blessures corporelles graves. Il est par ailleurs interdit de tenter de monter dans les rames. Un agent de proximité présent sur le terrain répond à toutes vos questions par téléphone ou mail.
Contact : Patrice au 06 47 07 97 34 ou sur contact@tram12-express.fr

 

+ d’infos : http://tram12-express.iledefrance-mobilites.fr/

Facebook : @Tram12expressMassyEvry

 

carte-tram-t12

La géothermie pour chauffer Évry-Courcouronnes !

La Ville, en partenariat avec l’agglomération Grand Paris Sud (GPS), a misé sur cette énergie locale et non polluante pour alimenter une part de son réseau de chaleur urbain. Un choix stratégique qui se traduira par l’inauguration, le 24 mai, du projet Géothermie à Évry-Courcouronnes.

Technique éprouvée, la géothermie puise de l’eau naturellement chaude sous terre afin de la redistribuer dans le réseau de chaleur urbain. Sur le territoire évry-courcouronnais, la nappe du Dogger, située à 1600 m de profondeur, contient une eau à 70°C. Deux forages réalisés en 2021 par Grand Paris Sud Énergie Positive (GPSEP), filiale de la société Dalkia qui exploite le réseau de chaleur, doivent permettre d’y recourir dès cette année, à hauteur de 22% des besoins, soit 8500 équivalents-logements. A titre d’exemple, le collège Le Village, la Résidence Avenir, les Instituts de Formation du Centre Hospitalier Sud Francilien ou encore des résidences étudiantes sont chauffés par ce moyen.

Obtenue en exploitant l’eau en direct ou via une pompe à chaleur, la géothermie représente une énergie renouvelable locale : la ressource est utilisée là où elle est exploitée sans avoir à être transportée. Elle est également vertueuse car l’eau puisée dans la nappe sous-terraine y est réinjectée. Ainsi, les 22% d’énergie propre s’ajoutent aux 55% de chaleur récupérés depuis l’incinérateur de Vert-le-Grand, ce qui permet de porter à 77% le taux d’Énergie Renouvelable dans le réseau. La part restante est alimentée par le gaz, une énergie fossile dont le coût a fortement augmenté ces derniers mois à la faveur de la guerre en Ukraine. A Évry-Courcouronnes, le réseau de chaleur urbain est désormais plus écologique et plus économique.

Site d’exploitation

D’autres projets sont à l’étude pour augmenter encore ce taux à l’horizon 2028. Cette volonté se traduira par l’inauguration officielle, le 24 mai prochain, de la géothermie à Évry-Courcouronnes. Ce projet est porté par la Ville en partenariat avec la région Île-de-France, l’agglomération Grand Paris Sud (GPS), l’Agence de la transition écologique (Ademe) et l’entreprise Dalkia, acteur majeur de la géothermie depuis plus de 40 ans. Outre le Maire d’Évry-Courcouronnes, Stéphane Beaudet, sont attendus à cette cérémonie la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse ; le président de GPS, Michel Bisson ; le président d’EDF, Luc Rémont, le président de l’Ademe, Boris Ravignon et la PDG de Dalkia, Sylvie Jéhanno.

 

Le saviez-vous ?

La géothermie est l’une des principales sources d’énergie utilisées pour produire de la chaleur après la biomasse. 90% du territoire français présente un potentiel géothermique. 70 pays dans le monde recourent à cette technique. En France, on compte actuellement 78 installations géothermiques profondes, dont 58 réseaux de chaleur géothermiques en Île-de-France. A l’heure actuelle, la géothermie ne constitue toutefois que 1% de la consommation énergétique de la France. Sa promotion s’inscrit dans le cadre du Plan d’action national en faveur du développement de la géothermie adopté par le gouvernement, début 2023. Au niveau départemental, cette politique est poursuivie dans le cadre du Plan Climat-Air-Énergie Territorial mis en œuvre, dès 2019, par GPS.

Et si vous organisiez une fête des voisins dans votre quartier ?

Cette année, la Fête des Voisins aura lieu le vendredi 2 juin ! L’occasion pour chaque habitant de la ville d’organiser un moment de convivialité et de faire connaissance avec ses voisins.

Vous souhaitez organiser un événement dans votre quartier ? Que ce soit dans la cour ou le hall de votre immeuble, dans un appartement, un jardin ou dans la rue, tout le monde peut prendre l’initiative d’organiser une fête des voisins à Évry-Courcouronnes !

Pour cela, il vous suffit de vous faire connaitre auprès de la mairie en envoyant un mail à participationcitoyenne@evrycourcouronnes.fr ou en téléphonant au 01 60 91 62 12.