Suivez-nous

Téléchargez l'application

Qualité de l’air : un audit dans nos écoles et nos crèches

En ce début du mois de décembre, la Ville a engagé un important audit visant à évaluer la qualité de l’airintérieur des établissements scolaires ainsi que ceux de la petite enfance et des multi-accueils.

Baptisée « Mon air, ma santé », cette ambitieuse opération réalisée en partenariat avec le Réseau Environnement santé s’achèvera en novembre 2023.

Sept thématiques comme l’environnement extérieur des bâtiments ou le niveau de ventilation et d’aération seront analysées.

Contenues dans un rapport final, les conclusions de cet audit doivent donner à l’Exécutif municipal une meilleure connaissance des sources potentielles de pollution des bâtiments et de trouver les moyens de les adapter de manière à aller plus loin que les réglementations en vigueur.

Ce travail permettra parallèlement derendre à la Ville une autonomie sur la gestion de la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les écoles et les crèches.

 

Nouveautés de la restauration scolaire : on répond à toutes vos questions

À partir de janvier 2023, l’offre et le fonctionnement de la restauration scolaire et extrascolaire de la Ville évoluent.

Objectif : améliorer la qualité des repas servis, diversifier les menus proposés aux enfants avec l’introduction d’un repas sans viande, mais aussi renforcer les exigences en matière d’origine des produits, de production bio et plus largement d’environnement. 

Le renouvellement du service de la restauration se traduira aussi par la mise en place de nouvelles modalités de réservation.

Le fonctionnement de la restauration scolaire à Évry-Courcouronnes

La restauration scolaire à Évry-Courcouronnes, comment ça fonctionne ?

La Ville d’Évry-Courcouronnes fait appel à des sociétés spécialisées dans la restauration collective pour cuisiner les repas qui seront ensuite servis aux enfants. Jusqu’à maintenant, elle s’était engagée avec 11 autres communes à faire appel au même prestataire.

Qui est concerné par la restauration scolaire ?

5 400 convives – enfants, enseignants, ATSEM, animateurs – bénéficient chaque jour de la restauration scolaire dans les 45 écoles que compte la Ville.

Qui permet aux enfants de déjeuner dans de bonnes conditions ?

94 agents d’offices de restauration, 300 animateurs et 120 ATSEM travaillent au quotidien pour préparer, réchauffer les repas, servir et accompagner les demi-pensionnaires, nettoyer et laver.

Comment sont élaborés les menus qui seront servis à partir de janvier ?

Élaborés par des diététiciens, les menus tiennent compte des spécificités du cahier des charges de la Ville.

Ils veillent à mette l’accent sur l’apport nécessaire en protéines et glucides et en garantissant une offre variée en légumes.

Réduire l’utilisation des graisses est aussi une priorité. Tout comme la présence régulière de poissons dans nos menus.

Contribuer au développement harmonieux des enfants en proposant des menus variés, sains, équilibrés et savoureux est essentiel.

À qui m’adresser si je veux participer à la validation des menus en commission de restauration ?

Chaque année, après les élections de représentants de parents d’élèves, nous invitons tous les représentants de parents élus à participer aux 6 commissions de l’année.

Tout parent qui aurait une question à poser peut le faire par l’intermédiaire des parents élus participants aux Commissions. Celui-ci se portera garant auprès de la Commission.

Un compte-rendu est réalisé et envoyé à chaque membre .

Comment consulter les menus ?

Les menus sont consultables sur cette page du site Internet de la Ville.

Ils sont aussi affichés à l’extérieur et à l’intérieur de tous les sites de restauration.

Les principaux changements de 2023

Qu'est ce qui change en janvier 2023 ?

En juillet 2022, la Ville a exprimé son souhait de sortir de cette mutualisation pour choisir un autre professionnel. C’est chose faite depuis le 13 octobre 2022, date à laquelle s’est tenu le Conseil municipal qui a entériné ce choix. Dès lors, la Ville a complètement revisité son offre culinaire, qu’elle souhaite plus goûtue et plus diversifiée, pour le plaisir des papilles mais aussi plus locale et plus bio, pour la santé de notre planète.

À partir de janvier 2023, les familles auront, chaque jour de la semaine, le choix entre un repas avec ou sans viande.

Pourquoi avoir changé de prestataire ?

La Ville a initié cette démarche pour offrir, au plus grand nombre, des repas plus équilibrés et plus nutritifs indispensables pour apprendre dans de bonnes conditions.

Concrètement cela se traduira par des plats moins gras et moins sucrés, le recours aux produits labellisés, l’augmentation de la part consacrée aux fruits et aux légumes, le respect de la saisonnalité.

Parce que manger, c’est aussi partager un temps de convivialité et prendre du plaisir, une attention particulière sera portée à la présentation des assiettes, à la diversité des repas et au goût.

Pourquoi le choix d'un repas avec ou sans viande ?

La Ville a décidé d’introduire cette formule pour répondre au développement de nouvelles pratiques alimentaires comme le végétarisme, excluant la consommation de viande.

Un repas sans viande est-il suffisant d'un point de vue nutritionnel ?

Dans tous les cas, qu’il s’agisse d’un repas avec ou sans viande, l’apport en protéines sera fourni quotidiennement soit par la viande soit par d’autres produits tels que le poisson, les céréales, les légumes secs, les œufs et/ou les produits laitiers.

En quoi un repas sans viande est-il plus respectueux de l'environnement ?

La production massive de viande a un impact majeur sur l’environnement. Le transport de la viande, mais aussi la production et la transformation des aliments pour les bêtes et le stockage sont responsables d’un grand nombre d’émissions de gaz à effet de serre à l’origine du réchauffement climatique. Par ailleurs, la production de viande est très consommatrice en eau. Pour produire un kilo de bœuf, il faut en moyenne 13 500 litres d’eau, liés notamment à la culture des céréales nécessaires pour l’alimentation du bétail. Enfin, les espaces nécessaires pour le pâturage et pour la production de céréales destinés à l’alimentation des animaux contribuent à aggraver le processus de déforestation. L’introduction d’un repas sans viande a donc aussi pour ambition de freiner cette dynamique, en réduisant la consommation de viande à l’échelle de notre territoire.

Quelle proportion de produits durables y aura-t-il dans les repas ?

À partir du 1er janvier 2023, le nouveau prestataire chargé de concevoir les repas aura pour obligation d’intégrer 50 % de produits durables et de qualité, dont 20 % issus de l’agriculture biologique. Ce faisant, la Ville favorise le développement d’une agriculture moins énergivore et plus respectueuse des sols et des nappes phréatiques.

La nouvelle offre prévoit-elle d'inclure des produits locaux ?

Oui, les produits de l’agriculture locale seront privilégiés pour éviter le recours au transport sur de longues distances et permettre la consommation des fruits ou légumes à maturité. Le prestataire favorisera l’achat de produits alimentaires en circuits courts pour diminuer le nombre d’intermédiaires et ainsi encourager les petits producteurs de la région.

En quoi cette nouvelle offre permet de lutter contre le gaspillage alimentaire ?

Un repas de meilleure qualité, plus appétissant et plus en adéquation avec les préférences alimentaires des enfants, participera à limiter le gaspillage alimentaire et le volume des déchets.

En effet, la lutte contre le gaspillage alimentaire est un enjeu de premier plan pour la restauration collective de la Ville. Pour un plateau repas d’environ 550 g pain compris, la moyenne nationale pour la part de gaspillage alimentaire est d’environ 150 g par enfant d’élémentaire. La réduction des déchets alimentaires est devenue aujourd’hui un enjeu environnemental de première importance.

Comment ont été informés les bénéficiaires de ces changements ?

Les professionnels de l’éducation et de l’animation ont été informés en amont par les services de la Ville.

Un dépliant a été remis fin novembre à chacun des parents d’élèves de maternelle et d’élémentaire.

Le tarif

Le tarif du repas va t-il augmenter ?

Conscient du contexte inflationniste, l’Exécutif municipal fait le choix de ne pas augmenter le tarif pour les familles. Calculé en fonction du quotient familial, il doit permettre à chaque enfant de bénéficier de ce service quelque soient les ressources de son foyer.

L’amélioration de la qualité de la restauration scolaire ainsi que l’inflation de ces derniers mois engendrera cependant un coût supplémentaire pour la collectivité. Le prix d’achat du repas payé au prestataire devrait augmenter de 30 à 50%.

Les nouvelles modalités de réservation

Faut-il réserver les repas à l'avance ?

Oui, la Ville demande désormais aux parents dont les enfants bénéficient du service de restauration scolaire de réserver plusieurs jours à l’avance les repas, et non plus le jour-même pour le repas du midi, comme c’était le cas jusqu’à maintenant.

Pourquoi faut-il réserver les repas à l'avance ?

Même si cette nouvelle organisation parait, au premier abord, fastidieuse, elle est un des leviers pour réduire le gaspillage et a, d’ores et déjà, été adoptée dans nombre d’autres Villes.

La réservation à l’avance permet d’estimer le nombre réel de repas nécessaires. Ainsi, il s’agit non seulement d’éviter le gaspillage alimentaire mais aussi d’évaluer au plus juste les coûts pour la collectivité.

Quand peut-on réserver les repas ?

Les réservations sont ouvertes à l’année ou au mois.

Vous devrez réserver les repas de votre enfant au plus tard 15 jours avant la date souhaitée.

Par exemple, afin bénéficier de la restauration pour le 3 janvier 2023, il faudra réserver au plus tard le 19 décembre 2022.

Comment réserver les repas ?

> Sur le portail des Services en ligne (anciennement Portail Famille)

7j/7 24h/24, de façon simple et rapide, dans « Gérer mes réservations ».

Vous n’avez pas de compte personnel sur le portail des Services en ligne ? Rapprochez-vous du Guichet Famille.

Cette modalité de réservation permet :

  • De réserver pour plusieurs mois, voire sur l’année scolaire complète, si cela vous semble plus commode.
  • D’effectuer des modifications ou annulations jusqu’à 15 jours avant la date de repas.
  • De faciliter le traitement des données par les agents municipaux.

Retrouvez ici le mode d’emploi pour réserver vos repas en ligne.

> Sur formulaire papier disponible en mairie

Cette modalité permet de réserver pour le mois suivant et au maximum pour 3 mois. Après dépôt du formulaire, aucun changement de choix de repas ne sera possible pour la période indiquée sur le formulaire papier.

Guichet Famille
Hôtel de Ville – Place des Droits de l’Homme et du Citoyen
Lundi, mercredi, vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30
Mardi de 13h à 16h30
Jeudi de 9h à 12h et de 13h30 à 18h30

Tél. : 01 60 91 07 00

Je voudrais réserver les repas en ligne, mais je n'ai pas le matériel et/ou les compétences pour le faire.

Retrouvez ici le mode d’emploi pour réserver vos repas en ligne.

Si le mode d’emploi ne suffit pas, contactez le Guichet Famille qui pourra vous diriger vers un accompagnement ou une formation numérique adaptée à vos besoins. Vous pourrez ainsi bénéficier de tous les avantages de la réservation en ligne, notamment la possibilité de modifier à tout moment vos réservations jusqu’à la date butoir.

Guichet Famille
Hôtel de Ville – Place des Droits de l’Homme et du Citoyen

Lundi, mercredi, vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30
Mardi de 13h à 16h30
Jeudi de 9h à 12h et de 13h30 à 18h30

Tél. : 01 60 91 07 00

Où dois-je déposer mon formulaire papier ?

À l’accueil de l’Hôtel de Ville pour faciliter le traitement par les agents municipaux.

Hôtel de Ville – Place des Droits de l’Homme et du Citoyen
Lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 17h
Mardi de 13h à 17h

Les cas dérogatoires

J’ai réservé un repas mais mon enfant est absent. Que faire ?

  • En cas de maladie ou de rendez-vous médical, et sur justificatif adressé aux services de la mairie sous 8 jours via le portail des Services en ligne dans « Signaler une absence » ou en mairie, vous ne paierez pas le repas.
  • En cas de sortie scolaire, le service est averti. Vous n’avez aucune démarche à faire.
  • Dans les autres cas et en l’absence de justificatif valable, vous aurez à payer le repas calculé en fonction de votre quotient familial.

Je n’ai pas réservé de repas selon les modalités précisées ci-dessus mais mon enfant est finalement présent à la cantine.

  • L’enfant n’a pas le choix du repas et bénéficiera d’un repas de substitution.
    À partir de septembre 2023, ce repas sera facturé 50% plus cher – sur la base du tarif habituel, calculé en fonction de votre quotient familial.

Si je ne réserve pas les repas selon les modalités précisées ci-dessus, des pénalités seront-elles appliquées ?

Oui, à partir de septembre 2023, les repas non réservés seront facturés 50% plus cher – sur la base du tarif habituel, calculé en fonction de votre quotient familial.

Les accueils de loisirs

Dois-je aussi réserver les repas pour l'accueil de loisirs du mercredi ?

Pour les accueils de loisirs du mercredi, comme pour ceux des vacances scolaires,  il faudra désormais inscrire votre enfant à l’accueil et réserver le repas si vous le souhaitez.

Comme pour la restauration scolaire, il sera donné la possibilité de choisir entre un repas classique ou sans viande.

Les modalités de réservations sont les mêmes que pour les repas les jours d’école :

 • Sur le Portail des Services en ligne (anciennement “Portail Famille”) au plus tard 15 jours avant le mercredi souhaité.

Si votre enfant fréquente déjà l’accueil de loisirs, rubrique “Gérer mes réservations”.
Si votre enfant n’a jamais fréquenté l’accueil de loisirs, rubrique “S’inscrire”.
Si vous n’avez pas compte personnel, contactez le Guichet Famille.

Retrouvez ici le mode d’emploi pour l’inscription à l’accueil de loisirs et la réservation des repas en ligne.

• Au Guichet Famille avant le 15 décembre pour les mercredis de janvier à mars, avant le 15 mars pour les mercredis des mois d’avril à juin etc

Guichet Famille
Hôtel de Ville – Place des Droits de l’Homme et du Citoyen
Lundi, mercredi, vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30
Mardi de 13h à 16h30
Jeudi de 9h à 12h et de 13h30 à 18h30

Tél. : 01 60 91 07 00

Ai-je aussi le choix des repas pour les accueils de loisirs des vacances scolaires ?

Oui, vous avez aussi la possibilité de choisir entre un repas classique ou sans viande.

Le choix vous est donné au moment de l’inscription. Les modalités d’inscription à l’accueil de loisirs ne changent pas.

L’inscription peut se faire :

 • Sur le Portail des Services en ligne (anciennement “Portail Famille”)

Si votre enfant fréquente déjà l’accueil de loisirs, rubrique “Gérer mes réservations”.
Si votre enfant n’a jamais fréquenté l’accueil de loisirs, rubrique “S’inscrire”.
Si vous n’avez pas compte personnel, contactez le Guichet Famille.

• Au Guichet Famille
Hôtel de Ville – Place des Droits de l’Homme et du Citoyen
Lundi, mercredi, vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30
Mardi de 13h à 16h30
Jeudi de 9h à 12h et de 13h30 à 18h30
Tél. : 01 60 91 07 00

Seniors, la Ville vous offre un colis ou un chèque cadeau

À l’occasion des fêtes de fin d’année, la Ville offre un colis gourmand ou des chèques cadeaux à chaque Évry- courcouronnais de 66 ans et plus. Pour en bénéficier, les seniors peuvent s’inscrire en complétant ce formulaire avant le 9 décembre.

Pôle Seniors : 01 60 91 61 14 / 61 52 /62 95

La Ville aux côtés des femmes victimes de violences

Sous la houlette du Maire, Stéphane Beaudet et du conseil municipal, la Villea placé l’égalité femmes/hommes, mais aussi la lutte contre les violences faites aux femmes en tête des priorités de sa gouvernance. À côté des moments forts de mobilisation que sont la Journée internationale des droits des femmes (8 mars) et la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes (25 novembre), de nombreux dispositifs sont instaurés tout au long de l’année sur le territoire pour venir en aide aux femmes victimes.

 

Accompagnement

Plusieurs structures offrent ainsi des permanences, la possibilité d’accueils physiques en cas d’urgence ou des accueils téléphoniques. Il s’agit du Point d’Accès au Droit (PAD) et du Service d’Aide aux Victimes de la Ville, du Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF91) ainsi que l’association Femmes Solidarité 91. Ces dispositifs s’ajoutent aux appels d’urgence tels le 39 19 (ligne d’écoute nationale), le 17 (Police nationale) ou encore le 15 (Samu). Pour sa part, le Centre Hospitalier Sud Francilien (CHSF) propose une unité médico-judiciaire chargée de faciliter le lien entre les contextes violents et les procédures judiciaires pouvant y être rattachées. Cet accompagnement est proposé quelle que soit la situation de la personne, sa situation administrative, l’ancienneté ou la gravité des faits commis.

 

Sensibilisation des agents

La Ville propose également des outils à destination des acteurs locaux et des agents administratifs en contact avec le public afin de les sensibiliser. Une « fiche-réflexe » sur les violences dans le couple leur a notamment été remise. Elle aide à repérer rapidement les situations d’urgence ou d’orienter les victimes vers les structures spécialisées susceptibles de les accompagner. Simple et accessible, cette fiche se veut être une aide aux premiers réflexes à adopter pour des professionnels non spécialisés (agent de centre social, médiateur dans une association etc.)

 

Mise à disposition de logements

Des solutions d’hébergement d’urgence sont, par ailleurs, proposées par la Ville à l’association Femmes Solidarité 91 avec la mise à disposition de 2 logements pour les femmes victimes de violence et leurs enfants. Un 1er logement a déjà été livré en 2022, un second le sera en 2023.

 

Subventions aux associations

Le soutien de la Ville passe, enfin, par le renouvellement de subventions accordées aux associations dans le cadre de l’appel à projet 2022 « Lutte contre les violences faites aux femmes ». Depuis 2018, quatre d’entre elles particulièrement impliquées dans cette cause – le CIDFF91, l’Ufolep, Génération femmes et Femmes Inter-Association – Inter Service Migrants (FIA-SIM) – bénéficient d’un soutien constant.

 

Le nombre de féminicides a augmenté de 20% en France en 2021 par rapport à l’année précédente : 122 femmes ont été tuées sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint, contre 102 en 2020, selon un bilan du ministère de l’Intérieur. Début octobre, ce chiffre glaçant s’établissait à 101 homicides.

 

Contacts utiles
PAD et Service d’Aide aux Victimes : 01 60 91 07 88, Mairie annexe du Canal, 10 rue du Marquis de Raies
CIDFF91 : 01 60 78 46 30 ou contact@cidff91.org, 17 cours Blaise Pascal
Femmes Solidarité 91 : 01 70 58 93 30, 10 quai de la Borde, bâtiment A2, 2ème étage, 91130 Ris-Orangis

Monoxyde de carbone : soyez vigilants !

À l’approche de l’hiver, redoublez de vigilance face au risque d’intoxication au monoxyde de carbone.

Chaque année, ce gaz inodore émis principalement par les appareils domestiques à combustion cause la mort de centaines de personnes. On assiste depuis plusieurs années à une hausse des décès en Essonne.

Il convient donc de respecter certaines règles comme ne pas installer de groupes électrogènes dans des lieux clos non ventilés du type cave ou garage. Il est également important de veiller à la bonne utilisation des appareils ou chauffages d’appoints, et d’aérer votre logement ou votre maison régulièrement. Il est fortement déconseillé de se chauffer avec des dispositifs et appareils non prévus à cet effet. Enfin, veillez à faire vérifier la qualité de vos installations de chauffage et vos conduits par des professionnels qualifiés.

+ d’infos sur iledefrance.ars.sante.fr


Sensibilisation et dispositifs innovants : les clés pour lutter contre le harcèlement

Consciente des ravages que peuvent provoquer le harcèlement sur son territoire, la Ville, dans le cadre de la Journée nationale de lutte contre le harcèlement, organise des ateliers de sensibilisation et de formation en direction des écoliers, de la communauté éducative et du grand public sur la question. L’opportunité de rappeler que l’Exécutif municipal met en œuvre tout au long de l’année des dispositifs innovants pour accompagner les victimes, les familles et les professionnels de l’éducation.

1 enfant sur 10 est victime de harcèlement entre élèves. Un constat brutal, confirmé par les professionnels du territoire, et qui s’intensifie avec l’usage des réseaux sociaux et l’augmentation des phénomènes de cyberharcèlement, au sein et en dehors des écoles.

Du 14 au 18 novembre, des ateliers dans les classes sont ainsi programmées afin d’aider les enfants à détecter les situations de harcèlement et à se protéger. Un professionnel expert interviendra également auprès des parents pour les sensibiliser aux dangers liés aux réseaux sociaux.

L’ensemble des habitants est aussi convié, le 18 novembre, à découvrir en avant-première un grand jeu interactif « made in » Évry-Courcouronnes. Cet outil de prévention unique et ludique permet de comprendre les mécanismes qui mènent à ces situations de violences, de trouver collectivement des solutions, de discuter librement de ce sujet grave sans se sentir juger mais aussi de développer une empathie partagée propice au bien-être de toutes et tous. Cette création devrait, d’ici le début de l’année prochaine, être mise à disposition des professeurs et des animateurs du territoire.

En complément de ses outils de sensibilisation, l’Exécutif municipal met depuis longtemps en place des solutions concrètes qui ont fait leurs preuves. Depuis 2019, le dispositif Relier permet ainsi aux élèves victimes, accompagnés par un art thérapeute, un éducateur et un psychologue, de se reconstruire pas à pas, d’apprendre à se protéger et de reprendre confiance en eux. 30 enfants sont ainsi pris en charge chaque année.

Enfin, la Ville travaille avec ses agents et ses partenaires à l’obtention du label « Respect Zone » qui doit mener à l’affichage et à la promotion d’une « Charte de la bienveillance » dans chaque structure accueillant des jeunes. Au-delà de la lutte contre le harcèlement, l’objectif est de poser et transmettre aux enfants et à leurs encadrants les fondements du bien vivre ensemble au sein des établissements et équipements municipaux.

Handicap : Évry-Courcouronnes, ville inclusive


Alors que se tient, du 14 au 20 novembre, la semaine pour l’emploi des personnes en situation de handicap, la Ville poursuit sa politique volontariste en soutenant et en accompagnant les initiatives locales visant à promouvoir l’inclusion, tandis qu’elle s’engage, en interne, pour intégrer et maintenir dans l’emploi son personnel porteur de handicap.

Pour nombre de personnes en situation de handicap, l’accès au monde du travail est synonyme d’embûches et de difficultés. Afin de mieux les accompagner dans leur parcours professionnel, la Ville soutient des initiatives locales facilitant la rencontre entre employeurs et personnes porteuses de handicap. A titre d’exemple, ce mardi 15 novembre, se tiennent les 7e Rencontres Emploi & Handicap de l’Essonne, coorganisées par LADAPT et la Ville. La matinée, sous forme de table-ronde, est consacrée à la question des femmes en situation de handicap dans l’emploi, tandis que l’après-midi est l’occasion de tenir un handicafé. Le 18 octobre dernier, les Rencontres Handisportives, portées conjointement par Pôle Emploi, la Fédération Handisport et la Ville, avaient permis aux demandeurs d’emploi en situation de handicap et aux recruteurs de pratiquer des sports adaptés pour déceler les traits de personnalité des candidats et faciliter les échanges.

Le 17 novembre, la Ville participera également au Duoday, à l’occasion duquel une dizaine d’agents municipaux accueilleront des stagiaires porteurs de handicap. Cette journée sera l’opportunité pour les participants de découvrir un métier et pour les agents de porter un regard positif sur le handicap. 10 duos devraient ainsi voir le jour cette année.

Au-delà de ses initiatives ponctuelles, l’Exécutif municipal entend poursuivre sa politique volontariste en matière de handicap. Cette dernière se traduit notamment par la mise en place de dispositifs d’accompagnement pour faciliter l’accès de tous et de toutes aux droits, aux soins et aux loisirs. La Ville intervient également sur l’accessibilité de ses bâtiments et de sa voirie et mène des campagnes de communication contre les idées reçues. La Ville va se doter, dans les prochains mois, d’une nouvelle Charte Handicap pour formaliser les axes de cette politique inclusive et décloisonnée.

L’école Jacques Cartier débute sa transformation

L’école élémentaire Jacques Cartier, construite en 1972, va faire l’objet d’une importante réhabilitation pour répondre aux besoins actuels des élèves et des professionnels de l’éducation et de l’animation. Ce projet, dont le coût s’élève à 4,46 millions d’euros, sera réalisé sans toucher au caractère esthétique unique du bâtiment. Lancés en novembre 2022, les travaux dureront deux ans. Ils concerneront à la fois la rénovation et la mise aux normes du bâtiment, l’amélioration de sa performance énergétique, l’installation de nouveaux outils numériques et le réagencement des locaux pour plus de fonctionnalité et d’accessibilité.

Le mot de l'élu

Medhy Zeghouf – Adjoint au Maire chargé de l’Éducation

La Ville a décidé de rénover ou réhabiliter 12 écoles sur 54 au cours de la mandature actuelle. Ce plan ambitieux concerne notamment l’établissement Jacques Cartier, école emblématique de notre ville qui a reçu le label « Architecture contemporaine remarquable ». Cette école agréable, avec beaucoup d’espace et de luminosité, souffre de vieillissement. Construite il y a cinquante ans, elle est devenue une vraie passoire thermique. Dans un contexte de réchauffement climatique, de raréfaction des ressources et d’augmentation du coût de l’énergie, sa réhabilitation s’imposait à la fois pour diminuer son impact énergétique et accroître le confort des usagers. Nous en profitons pour procéder à sa remise aux normes électrique et numérique ainsi qu’en matière d’accessibilité. Ainsi, dans une des cours, le béton sera remplacé par du gazon afin de créer des îlots de fraîcheur et faciliter l’infiltration des eaux de pluie. Ce projet d’envergure sera conduit sans dénaturer l’architecture de l’école et sans la fermer, ce qui explique sa durée de deux ans.

Le projet en 5 points

Amélioration de la performance énergétique : isolation par l’extérieur, rénovation des réseaux de chauffage, création d’une ventilation double flux
Mise aux normes : électricité, eau, accessibilité
Rénovation et amélioration de l’ensemble de l’école : peinture, signalétique, installations numériques
Réagencements et création de locaux complémentaires
Végétalisation d'une cour

Le mot de l'architecte

La rénovation de l’école Jacques Cartier représente un challenge architectural car elle a reçu le label « Architecture contemporaine remarquable ». Avant d’intervenir, nous avons dû obtenir l’autorisation de la Direction régionale des affaires culturelles et de l’architecte des Bâtiments de France. Notre projet avait à tenir compte des caractéristiques actuelles de l’école. Les volumes des halls sont très importants et chaque classe est située sous une pyramide, ce qui présente l’avantage d’une grande luminosité mais aussi le désavantage d’une mauvaise isolation thermique. L’isolation par l’extérieur s’imposait pour respecter cette conception esthétique. Les menuiseries en bois seront remplacées par des menuiseries en bois avec triple vitrage. Des verrières à quatre pans ont été prévues à la place des coupoles. Des ventilations double flux autonomes seront installées dans chaque classe pour assurer une ventilation correcte et un taux de CO2 acceptable.

Cabinet Claude Macker

Une école pour l'avenir

+ écologique

La rénovation énergétique est au coeur de ce projet de réhabilitation. Le bâtiment sera isolé de l’extérieur avec du bois biosourcé pour les parties vitrées. Un triple vitrage offrant une très bonne performance énergétique remplacera le vitrage actuel. Cette technique est particulièrement adaptée aux grandes surfaces vitrées qui caractérisent l’architecture de Jacques Cartier. Cette isolation performante s’accompagne d’une ventilation double flux autonome dans chaque salle. Elle limitera la formation d’humidité tout en étant source d’économie d’énergie car l’air chaud sera réutilisé dans le réseau de chauffage. Ce dernier sera entièrement remis aux normes. Une cour aujourd’hui bétonnée sera transformée en espace engazonné, apportant plus de fraîcheur l’été et où les eaux de pluie pourront s’infiltrer au lieu d’être déversées dans le réseau d’assainissement. Cette transformation est soutenue financièrement par l’Agence de l’Eau Seine Normandie dont une des missions consiste à lutter contre l’imperméabilisation des sols. Un préau sera créé dans l’une des cours et équipé de gouttières et d’un récupérateur d’eau utilisable pour l’arrosage.

+ fonctionnelle

L’agencement des espaces a été repensé pour davantage de fonctionnalité. Auparavant situé à l’étage, le restaurant sera déplacé au rez-de-chaussée et deviendra un self-service, plus accessible et plus pratique : les flux d’enfants seront mieux régulés et les nuisances sonores amoindries. Les équipes périscolaires, jusqu’à maintenant éparpillées dans l’école, seront réunies sur toute la surface du premier étage. Des écrans interactifs seront installés dans les classes. Un local poubelle sera aménagé. Les enseignants disposeront de nouveaux espaces de rangement et de réserves. La ventilation double flux dans les classes permettra de renouveler l’air sans avoir à ouvrir les fenêtres. Une clôture rehaussée préservera l’école d’éventuelles intrusions.

+ agréable

Dans cette école déjà très lumineuse grâce à ses grandes surfaces vitrées, les murs et les portes seront repeints de couleurs pastel. Les sols seront refaits. Une cour engazonnée offrira un espace de fraîcheur en été et les enseignants pourront y faire classe dans un espace aménagé avec des bancs. Placé à l’entrée de l’école, un auvent permettra aux parents de s’abriter en cas d’intempéries.

+ inclusive

L’accessibilité du bâtiment aux personnes à mobilité réduite sera désormais la norme. Un ascenseur permettra notamment aux élèves et autres personnes en situation de handicap moteur de passer plus facilement d’un étage à l’autre. Par ailleurs, les portes seront peintes dans des coloris spécifiques pour faciliter l’orientation des élèves.

Le mot du directeur

Valentin Salles – Directeur de l’école élémentaire Jacques Cartier

Cette réhabilitation redonne un nouveau souffle à notre école devenue vieillissante et répond aux attentes des enseignants et de l’équipe d’animation, recueillies par les services municipaux. Nous nous réjouissons de bénéficier d’un cadre de vie plus agréable pour travailler. Notamment, grâce à l’isolation des bâtiments, nous n’aurons plus trop chaud en été et trop froid en hiver, les classes seront équipées d’écrans interactifs, nous pourrons utiliser la cour engazonnée pour faire la classe dehors, nous aurons des vrais espaces de rangement et de stockage.

Des conditions d'accueil de qualité pendant les travaux

Grâce aux espaces généreux de ce bâtiment, il ne sera pas nécessaire de fermer l’école. Les travaux se dérouleront par phases, zone après zone. Aussi, les enfants et leurs enseignants seront amenés à se déplacer selon les modalités prévues entre l’équipe enseignante et les services municipaux. L’accueil périscolaire est également préservé avec des études dirigées en classe et des activités ludiques dans les halls. Le portail principal servira d’accès aux véhicules de chantier. Le stockage du matériel sera situé dans une cour non accessible aux enfants.

Les décisions phares du conseil municipal du 13 octobre

Mise en place d’une démarche de sobriété énergétique, lancement d’un nouveau marché pour la restauration collective, renouvellement du Conseil citoyen local de la laïcité, attribution d’une subvention exceptionnelle à l’Association Française contre la Myopathie, participation au financement de projets pour lutter contre les violences faites aux femmes… autant de sujets à l’ordre du jour du Conseil municipal qui s’est tenu ce jeudi 13 octobre.

L’Exécutif municipal plus que jamais engagé pour construire un monde plus économe en ressources

Alors que le gouvernement présentait son plan de sobriété énergétique le 6 octobre dernier, la séance s’est ouverte par une communication du maire pour présenter les économies d’énergie mises en place l’échelle du territoire. Mesure phare, la baisse du chauffage de 2°C concernera l’ensemble des sites administratifs, les structures de proximité, les écoles et les gymnases, à l’exception des lieux d’accueil du jeune enfant et du Centre municipal de santé. La Ville multiplie, par ailleurs, les actions pour ralentir la consommation d’énergie : remplacement des luminaires par des LED et, plus encore, rénovation énergétique des bâtiments, dont les écoles avec la mise en place de travaux urgents d’isolation et la planification d’investissements sur le long terme.

 

La mise en place d’une nouvelle offre de restauration collective plus durable à compter du 1er janvier 2023.

Engagée dans un service commun de restauration collective avec 11 autres communes, la Ville a, dès juillet 2022, exprimé son souhait d’assurer la gestion en direct des prestations de restauration scolaire, extrascolaire et de livraison à domicile. Aussi, le Conseil municipal a voté ce jeudi 13 octobre la sortie de cette mutualisation. Avec le lancement d’un nouveau marché à compter du 1er janvier 2023, l’Exécutif municipal entend améliorer la qualité des repas servis et diversifier l’offre avec l’introduction d’un repas sans viande dans les restaurants scolaires ou d’un repas sans sel, pour les séniors notamment. Ce choix traduit sa volonté de faire de la restauration collective un levier de la transition écologique. Ainsi, il fait le pari qu’une offre plus qualitative et plus diversifiée permettra de lutter durablement contre le gaspillage alimentaire tandis que le choix d’un repas non-carné contribuera à ralentir la demande en viande, dont on sait combien la production en grande quantité a un impact majeur sur le réchauffement climatique, la déforestation et la consommation d’eau.

 

Le renouvellement du Conseil citoyen local de la laïcité

En 2016, la Ville adoptait son pacte laïc républicain (PLR) et se dotait, dans la foulée, d’un Conseil citoyen local de la laïcité. Renouvelée tous les deux ans, cette instance citoyenne a pour mission de promouvoir et de renforcer la culture du dialogue considérée comme le fondement du vivre-ensemble. Ce jeudi 13 octobre, le Conseil municipal a désigné, sur proposition du maire, les 13 nouveaux membres issus de la société civile qui composeront le Conseil citoyen local de la laïcité pour les deux prochaines années.

 

La poursuite du partenariat avec l’Association Française contre les Myopathies

La Ville est fière d’accueillir sur son territoire l’Association Française contre les Myopathies, dont le rôle dans la recherche contre les maladies génétiques rares est reconnu par tous et toutes, notamment grâce à son événement grand public : le Téléthon, dont la prochaine édition aura lieu les 2 et 3 décembre prochains à Évry-Courcouronnes et dans toute la France. Le Conseil municipal a décidé de renouveler son soutien à cet acteur de premier plan, en lui versant une subvention exceptionnelle de 8000 €, en plus d’un prêt de matériel et de la mise à disposition d’un réseau d’affichage. Implantée depuis le début des années 1990 sur le territoire, l’Association Française contre les Myopathies pilote un des laboratoires phares de Génopole, ce cluster dédié aux biotechnologies, inauguré en 1998.

 

La lutte contre les violences faites aux femmes, une priorité pour la Ville

Parce que la lutte contre les violences faites aux femmes au sein du couple est un enjeu de société mais aussi une urgence de santé publique, le Conseil municipal a, pour la 5e année consécutive, attribué les subventions dans le cadre de l’appel à projets pour lutter contre les violences faites aux femmes, doté d’une enveloppe de 10 000 €. Cette subvention s’inscrit en complément d’autres aides accordées par la Ville aux acteurs de terrain du secteur.

 

 

 

 

Ici on choisit d’agir en matière d’économies d’énergie

Le contexte actuel, marqué par la hausse sans précédent des coûts de l’énergie, les risques réels de pénurie de gaz et d’électricité combiné à l’épuisement des ressources naturelles et à un dérèglement climatique de plus en plus palpable, constitue, deux ans et demi après le début de la pandémie de COVID 19, une nouvelle épreuve. À l’échelle de notre commune, l’Exécutif municipal est conscient de l’urgence à agir pour atténuer les effets de cette nouvelle crise tant sur l’environnement que sur la santé financière de la Ville.

Cet hiver, 2°C en moins dans les bâtiments municipaux…

À l’approche de l’hiver, la Ville a donc fait le choix d’agir et de s’engager dans une démarche de sobriété énergétique en baissant de 2 degrés en moyenne le chauffage dans la majorité de ses équipements.

L’Hôtel de Ville, les 3 mairies annexes, le Clos de la Cathédrale, la maison des services publics Gisèle-Halimi, les 10 maisons de quartier-centres sociaux, les 45 écoles maternelles et élémentaires, les 3 espaces jeunesse, les 13 gymnases, les 3 ludothèques, l’Espace Simone Signoret sont concernés par cette mesure. Seules les crèches et les Relais Petite Enfance ne seront pas impactés par cette baisse.

Concrètement, les thermostats seront désormais réglés sur 19°C au lieu de 21°C, tandis que les gymnases seront sur 16°C au lieu de 18°C.

Ces nouvelles températures correspondent en réalité aux recommandations en vigueur dans le code de l’énergie. Jusqu’à maintenant, les bâtiments municipaux étaient chauffés au-dessus des normes réglementaires.

… pour limiter les coûts

Au sortir de l’hiver, ce choix aura permis de ralentir la hausse significative du montant de notre facture énergétique tout en assurant un confort thermique minimum aux usagers.

En effet, cette baisse, facilitée par la mise en place d’un nouveau marché de maintenance et d’exploitation du chauffage, doit permettre à la Ville d’éviter l’émission d’environ 400 tonnes de CO2 par an et d’économiser près de 2000 MWh sur l’année.

Cet effort se traduira par une baisse de 300 000 € sur une facture qui, en un an, sera passée de 800 000 € à 3 millions d’€. L’incertitude est telle, qu’il se pourrait que la facture atteigne même 4 millions d’€.

Des investissements pour une ville en transition écologique

Parallèlement à la baisse du chauffage, la Ville investit efficacement pour réduire les consommations énergétiques, sur la base d’audits énergétiques pour les bâtiments les plus anciens, vastes et énergivores.

Ces derniers font alors l’objet d’un arbitrage  :

Ces investissements participent à construire un monde plus durable et plus économe en ressources.

Sensibilisation aux éco-gestes

La Ville portera également son ambition auprès des habitants, à commencer par les écoliers qui pourront bénéficier du programme WATTY et être sensibilisés par ce biais aux économies d’énergie.

Avec l’aide de l’ALEC, les particuliers et les copropriétés sont et seront interpellées sur le sujet pour limiter, quand cela est possible, l’augmentation de leurs dépenses.

Les éco-gestes, tels qu’on les appelle communément, seront aussi relayés à chaque occasion dans toutes les structures de proximité comme les Maisons de quartier-Centres sociaux et feront l’objet d’articles récurrents dans les supports d’information de la Ville.